Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

Un autre risque vers lequel Ali9 "Mr J'AI DÉCIDÉ" conduit le Gabon

Parmi les conséquences qu'Ali9 "Mr J'AI DÉCIDÉ" et son gouvernement semblent négliger quant à la grève des douaniers pourrait être, celle liée à l'accumulation et au stockage des conteneurs dans les ports d'Owendo et de Port-Gentil, le mouvement étant passé à une vitesse supérieure.

Ce que le conseiller de "Mr J'AI DÉCIDÉ" pour les affaires douanières ne lui a certainement pas expliqué, peut-être qu'il l'a fait et que son patron joue au sourd, C'est que, le mouvement des va et vient des conteneurs est en ce moment bloqué. Or, ces conteneurs tournent dans tous les ports du monde et sont soumis a des quotas par pays qui doit absolument être respecter. Le fait que le Gabon les immobilise causera inévitablement des dégâts sur l'économie gabonaise, de par les pénalités qu'il faudra payer pour n'avoir pas respecté la fréquence de rotation de ces conteneurs. Étant donné que cette immobilisation n'est imputable ni aux transporteurs, ni à l'entreprise chargée du gardiennage des conteneurs, ni aux importateurs, la question fondamentale reste, celle de savoir qui devra payer les pénalités d'immobilisation des conteneurs.

Entendu que l'importateur qui n'a du reste pas pris livraison de sa marchandise n'acceptera jamais de payer, de même que la société de gardiennage et le transporteur. Il est clair que c'est à l'Etat gabonais qu'il reviendra de puiser dans l'argent du contribuable pour régler la note. A défaut, l'importateur, pour éviter d'être privé de conteneurs, pourrait supporter les frais, mais les ajoutera au prix de revient de sa marchandise qui subira comme on peut l'imaginer une hausse.

Une autre conséquence, et pas des moindre, pourrait être que la destination Gabon, ayant atteint son quota de conteneurs, ne puisse plus en avoir de disponibles, tant que ceux qui sont immobilisés dans ses deux ports ne sont pas libérés. Le Gabon court donc le risque d'être banni du circuit d'importation parce que d'une part, les marchandises ne sortiront pas, et d'autre part, parce qu il n'y aura plus de conteneurs disponibles et il manquera d'espace de stockage dans ses ports. Si ce stade est atteint, la seule issue pour les importateurs, sera de faire venir leurs marchandises par les ports voisins, Douala et pointe noire. Ce qui affectera considérablement le prix de revient des marchandises, et entrainera en toute logique, une augmentation des prix sur le marché local.

Dans un cas comme dans l'autre, si les émergents s'entêtent en refusant de trouver une solution concertée avec les agents des régis financières, c'est le climat des affaires au Gabon qui en sortira écorché. Le pays risquera de subir une paralysie dans plusieurs secteurs économiques, ce qui occasionnera la rareté de certains biens de premières nécessités et l'augmentation de leurs prix. L'effet majeur prévisible sera, naturellement la baisse de la consommation qui ne maquera pas de causer des dégâts dans le quotidien du gabonais lambda, alors que ceiui-ci a déjà du mal à tenir la queue du diable.

Alors nous pourrons dire bonjour à l'aggravation de la pauvreté qu'on prétend vouloir désormais combattre.

Commenter cet article