Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

La grande et flagrante exclusion sociale des créateurs des oeuvres de l'esprit

Les assises sociales du Gabon qui viennent de se tenir à Libreville, capitale du Gabon, du 25 au 26 avril 2014, ont dévoilé les incohérences perpétuelles et flagrantes entre le discours de Mr J'AI DÉCIDÉ et ses actes. L'une d'elles s'est manifester lors de ces assises dites sociales dont l'objectif aurait été selon les organisateurs, de favoriser l'union des intelligences et l'échange d'expériences, en vu de définir des axes à exploiter pour lutter efficacement contre la pauvreté et la précarité au Gabon, sans laisser personne sur le bord du chemin.

Cependant, force a été de constater qu'une catégorie et pas des moindre n'a nullement été conviée au forum dit de mise en marche de la Stratégie d’Investissement Humain du Gabon. Exclusion involontaire, ou tout simplement un débarquement volontaire de cette catégorie, du fameux train de l'émergence ? Pourtant, il semblerait que Mr J'AI DÉCIDÉ, avait décidé dans l'axe 9 de son "Avenir en confiance", d'offrir une place aux acteurs culturels, aux artistes et aux intellectuels dans ce train ! Que s'est-il donc passé pour que ces derniers soient les grands exclus des assises sociales du Gabon, alors que, et l'axe 9 de son projet de société, et le point relatif à la prospérité partagée de leur Plan Stratégique Gabon Émergent, leviers 4 & 5 disent ceci :

AXE N°9 de l'avenir en confiance : LUTTER CONTRE LES INÉGALITÉS, LA PAUVRETÉ ET L’EXCLUSION

"Le développement du potentiel humain de notre pays suppose également qu’un appui conséquent soit accordé aux acteurs culturels, aux artistes et aux intellectuels, pour leur permettre d’exprimer pleinement leur art et leur savoir tout en assurant une protection de leurs droits en tant qu’auteurs.
Les industries culturelles seront donc encouragées à travers tout le pays et plusieurs infrastructures culturelles (musées, conservatoires, théâtres, bibliothèques) seront mises en place ou redynamisées, notamment le CICIBA afin de mieux valoriser notre patrimoine national et notre riche histoire. L’apprentissage des langues nationales sera encouragé." (Kiakiakiakiakiakiak !)

LA PROSPÉRITÉ PARTAGÉE
L’objectif fondamental du Gabon Émergent est d’améliorer les conditions de vie des populations. Le partage des fruits de la croissance sera réalisé à travers cinq (05) leviers :

  1. 4- la promotion de l’emploi et la lutte contre l’exclusion, et
  2. 5- la valorisation du patrimoine culturel et la facilitation de l’accès des populations aux services culturels.

Des réponses efficaces seront données aux préoccupations sociales majeures des populations en leur garantissant une bonne qualité de vie et en offrant à chaque Gabonais les moyens d’avoir une vie décente." (Rekiakiakiakiakiakia !)

Après avoir pris ces engagements par écrit, qu'est-qui a bien pu lui passer par la tête, pour que, Ali'9 Mr J'AI DÉCIDÉ, décide d'exclure d'une telle rencontre, sa propre mère, les acteurs culturels, les autres artistes et les intellectuels ? Senghor qui déclarait que "la Culture est au début et à la fin du développement" s'était-il trompé en affirmant : "« ... L’indépendance de l’esprit, l’indépendance culturelle, est le préalable nécessaire aux autres indépendances : politique, économique et sociale », et de poursuivre, " (...) Je pensais alors et continue de penser que la culture est plus importante que la politique : elle en est la condition première et le but ultime " ? En tout cas, il est désormais clair que pour Ali'9 et ses gouvernements, la culture, l’Art et l’artiste n'ont aucune de place ni de rôle à jouer dans le développement de la société gabonaise, en dehors de se limiter à garnir le tourisme culturel, au développement personnel, à la décoration, aux loisirs et au divertissement. Et particulièrement pour eux les émergents, ils semblent être davantage un outil de propagande et de séduction qu’il faut bien contrôler qu'autre chose. Preuve qu'ils ne sont nullement conscients de l’apport économique du milieu culturel.

Quel malchance pour les créateurs des oeuvres de l'esprit, d'avoir opté pour un domaines aussi méprisé un domaine aussi méprisé par des gouvernants d'un pays aussi émergent que le Gabon !!!

Commenter cet article