Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

"Le mensonge n'a jamais construit un village" dit le vieux sage. La vérité permet de prendre la mesure des choses et de les rajuster si nécessaire.

Tenez, les émergents ne font plus un seul discours sans parler d'un taux de croissance encourageant qui serait de l'ordre 6 à 7% pour 2014. Pourtant, les archives nous renseignent que ces mêmes taux de croissance flirtaient déjà avec notre pays en 2008 2009.

Le Communiqué final du Conseil des ministres présidé ce 14 octobre 2008 indiquait ceci :

MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES, DU BUDGET ET DE LA PRIVATISATION

Le Ministre des Finances a présenté au Conseil, qui l’a approuvé, le projet de Loi de Finances pour l’année 2009.

L’élaboration de la loi de finances de l’année 2009 est marquée par la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord de confirmation triennal conclu avec le FMI en 2007. Cet accord, qui s’inscrit dans le prolongement des grandes orientations du projet de société de Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat : “Mon Projet, des Actes pour le Gabon”, a pour objectifs de renforcer la gestion des finances publiques et d’accélérer les réformes structurelles en vue d’intensifier la dynamisation et la diversification de l’économie pour résolument améliorer les conditions de vie des populations.

Au moment où ledit projet de loi est préparé, l’économie mondiale pourrait enregistrer une reprise plus significative après un net ralentissement en 2008. La croissance mondiale serait ainsi de 3,7% contre 3% l’année précédente.

Au plan national, la croissance de notre économie se situerait à 7%. Elle serait tirée par la demande finale intérieure stimulée par l’accroissement de 5,2% de la consommation des ménages et de 6,6% de l’investissement total, ainsi que par les exportations.

Alors, de quelle croissance due à une meilleure gestion que celle des prédécesseurs des émergents nous parle-t-on ?

Commenter cet article