Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

Le Gabon serait-il piloté par des kamikazes ?

Lorsque l'opposition tirait sur la sonnette d'alarme pour dénoncer la mauvaise gouvernance et la gestion catastrophique des ressources du pays par le régime établie, les émergents criaient à la jalousie, à l'aigreur, à la haine, au mauvais cœur dur et parlaient d'une opposition composée de charognards. Pourtant, dès 2010, les esprits avertis avaient bien dit que le budget adopté par le gouvernement cette année-là était irréaliste. Les émergent n'y ont pas cru et ont continué de chanter leur refrain national "Laissez-nous avancer". On peut affirmer cinq ans après, que le maître de chœurs chargé d’harmoniser et de battre la mesure de cette cacophonie a presque réussi une fabuleuse exécution de l’œuvre funeste intitulée "l'Avenir en méfiance" dont les couplets entonnés avec des voix de corbeaux commencent à torturer les tympans des gabonais.

En effet, il n'est plus un secret pour personne, les finances publiques ne se portent vraiment pas bien. Et tout le mal que se donne le gouvernement pour le camoufler, ressemble plutôt à celui que ce donnerait cette iguane qui en se cachant dans le creux d'un tronc d'arbre mort, oublie qu'il a laissé sa queue dehors. Les gabonais attentifs constatent que toutes les travaux financés par l'Etat gabonais avancent par a-coups, quand ils ne sont pas carrément au point mort, frein à main tiré. Il suffit pour s'en convaincre, de jeter un regard sur les toboggans pompeusement appelés "échangeurs" ; les seules échangeurs au monde où la police règle la circulation. Le dernier rapport de l’Organisation Internationale du Commerce du Bois ITTO, indique que le secteur du bois connait des difficultés dues au non remboursement par l'Etat gabonais, de la TVA aux opérateurs économiques de ce secteur qui se retrouve confronté à d'énormes difficultés financières. l'on parle d'une somme d'environ 240 milliards de francs CFA.

Les fonctionnaires gabonais à qui le gouvernement impose désormais un mode de payement de leurs salaires ont ressenti ces derniers mois, combien il était difficile de toucher la globalité de sa paye avec une carte du trésor, sans que le robot n'affiche "Fonds insuffisants" et leur impose un montant inférieur à celui qu'ils souhaitaient retirer, à défaut de se voir obligé d'observer une veillée d'arme pour retirer quelques sous. Le semblant de solution que le gouvernement croit avoir trouvé auprès des banquiers n'ira pas bien loin, car les banquiers ne tourneront pas longtemps en accordant des découverts aux 70 000 fonctionnaires domiciliés dans leurs établissements ; surtout quand on sait que l'Etat gabonais a contracté une dette d'un peu plus de 100 milliards de francs CFA auxquels s'ajoutent les intérêts, pour payer une partie des 200 Milliards de francs CFA dus, au titre des rappels de soldes.

Un mensonge mal élaboré par les gouvernants révèle à quel point ils prennent les gabonais pour de véritables imbéciles. Tenez, pour un même problème, celui de la pénurie de carburant, on enregistre plusieurs versions. Selon le Ministre du pétrole et des Hydrocarbures, cette pénurie serait causée par une insuffisance des capacités de stockages du carburant de la Société Gabonaise d’Entreposage de Produits Pétroliers (SGEPP) et à l'augmentation du nombre d'automobiles et d'engins consommateurs de carburant sur Libreville et les principales villes du Gabon.

Alors que le ministre ne fait pas mention de l’essoufflement de la Sogara, le porte parole d'Ali'9 lui, donne pour raison, l'obsolescence des installations de la société de raffinerie. Pourtant le même bonhomme faisait savoir qu'au moment où il parlait, un bateau contenant du carburant était parti comme par enchantement de Port-gentil et avait commencé à ravitailler Libreville. Comment serait-ce possible, si la Sogara était à l'origine de la pénurie ? Une autre version, provenant des sources proches du dossier fait état, non pas d'une défaillance technique au niveau de l’usine de Sogara, ni du système d’approvisionnement et de stockage des carburant, mais du non remboursement par l'Etat gabonais, de la TVA aux compagnies pétrolières qui fournissent la Sogara en pétrole brut. Ces dernières auraient suspendu leurs livraisons à la Sogara. Par ailleurs, selon la même source, l'Etat gabonais à travers la Caistab n'aurait pas respecté ses engagements en faisant jouer convenablement et dans les délais, le système de péréquation par lequel, il subventionne le carburant et le gaz, afin de stabiliser le prix de ces produits. Pourquoi une opération qui s'est régulièrement bien passée a-t-elle du mal à l'être depuis quelques mois ?

Comme si ces mensonges ne suffisaient pas pour prouver aux gabonais que les caisses du trésor sont au rouge, la Direction Générale du Budget vient de rassembler les administrateurs de crédits, sous le fallacieux prétexte d'un séminaire sur la procédure d'exécution du budget de fonctionnement, pour leur demander de jouer serré dans l'engagement des dépenses de fonctionnement. Putaiiiiiiin ! Est-ce la faute des administrateurs de crédits, si le trésor gabonais est encore en train de liquider les dépenses de 2012, alors que l'exécution du budget 2014 peine à démarrer ? Et dans tout ce bordel, Ali'9 se tape un déplacement au Brésil pour assister tel un gamin, à l'ouverture de la coupe du monde. Cout de ce caprice sans compter les frais de mission de sa compagnie de fêtards, 800 Millions de francs CFA sortis de la poche du contribuable gabonais. Malgré ses pansements et couché sur son lit d'hôpital, le Pr Ondo Ossa qui vient d'échapper à un assassinat doit bien se marrer !

Mais bon sang de Bon Dieu ! Qu'est-ce que Mr J'AI DÉCIDÉ et son vrai Directeur Général de la Comptabilité Publique, l'unique dahoméen de Lewaï, ont-ils fait des colossaux budgets de 3 000 Milliards en moyenne par an depuis 2010, pour que les caisses du trésor public soient si essorées ?

Commenter cet article