Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

Il aura fallu que sa résidence se retrouve dans l'eau, pour que Mr J'AI DÉCIDÉ se rende compte de ce que vivent certaines populations en temps de pluies, pour se lancer dans une opération de communication préélectorale comme on en servira aux gabonais jusqu'en 2016, en visitant certains bassins versants de Libreville. Les émergents appellent ça, un geste de solidarité, comme si l'aménagement du territoire ne ferait pas partie des devoirs régaliens de l'état. C'est même à croire que le remboursement des fonds empruntés pour la construction des canaux d'évacuation des eaux, seront remboursés par la poche d'Ali'9. Qui ne sait pas que cette histoire d'aménagement des bassins versants de Libreville date de 2003 ?

  • Afin d’aider le gouvernement gabonais à faire face à cette situation, l’AFD a signé avec la République Gabonaise ;
  • en 2004 un prêt de 14 millions d’euros pour la réalisation du programme d’assainissement prioritaire des eaux pluviales de Libreville.
  • Un second prêt de 20 millions d’euros accordé en décembre 2006 a permis de prendre en compte les besoins en travaux complémentaires.

Ces travaux portaient d’une part sur l’aménagement de 17,4 km de drains dans trois bassins versants centraux de Libreville :

  • Batavea, Sainte-Anne Arambo et
  • Sainte-Marie Awondo, mais aussi ;
  • les centres administratifs (Mairie, Assemblée Nationale et Sénat) et centres d'affaires,
  • la zone industrielle d’Oloumi (bassin versant de l’Ogombié) par la construction de canaux secondaires, le curage de canaux et la reconstruction et la mise hors d’eau de voirie interne à la zone.

Premier programme Période de mise en œuvre : 2007-2010 Concours : prêt de 14 Millions €  (9 198 000 000 F CFA)

Deuxième programme Période de mise en œuvre : 2010-2013 Concours : prêt de 20 Millions € 13 140 000 000 F CFA

Réuni en conseil des ministres le 4 septembre 2008, le gouvernement gabonais avait adopté le projet de décret du ministre des Travaux Publics, des Infrastructures et de la Construction, Flavien Nziengui Nzoundou, relatifs aux études et travaux d’assainissement prioritaires des quartiers :

  • Batavéa, Awondo, Arambo,
  • Oloumi-Ogombié et Gué-Gué.

Le vendredi 5 septembre 2008, Omar Bongo Ondimba, avait procédé à la visite des travaux des bassins versants de la capitale gabonaise, qui ont jadis été la principale cause des inondations à Libreville. A quelque chose près, comme vient de faire Ali'9, il était en compagnie de certains membres de son gouvernement, dont le chef du gouvernement, Jean Eyeghé Ndong et d’autres membres du gouvernement, parmi lesquels ceux des Travaux publics, Général Flavien Nzengue Nzoundou, mais aussi le maire de Libreville, Jean-François Ntoutoume Emane.

Le17 mars 2011 le Ministère de l’Equipement, des Infrastructures et de l’Aménagement du Territoire avait lancé le programme d’aménagement des bassins versants de Libreville, en collaboration avec la Banque Africaine de Développement (BAD) et le Fonds Africain de l’Eau (FAE). Ces travaux concernaient l’assainissement et l’aménagement des bassins versants de Gué-Gué, Lowe-IAI et Terre Nouvelle.

Le 30 avril 2012, le ministre de l’Economie, de l’Emploi et du Développement durable, Luc Oyoubi, au nom du gouvernement gabonais, avait sollicité et obtenu de la Facilité Africaine de l’Eau, organisme de la Banque Africaine de Développement (BAD), un don de 1.613.000 Euros, soit environ 1 048 450 000 de F CFA destiné au financement du projet d’actualisation des études réalisées par un bureau international, CIRA, faisant état d’un coût global des travaux estimé à 146,82 milliards de F CFA. Soit :

  • 71,51 milliards pour le bassin de Gué-Gué,
  • 45,90 milliards destiné à celui de Lowé-IAI et
  • 29,41 milliards revient au bassin de Terre-nouvelle. Pour assumer ses engagements, l’Etat gabonais avait inscrit dans le budget 2012, un montant de 750 millions de F CFA au titre de sa contrepartie.

En mai 2012, L'Union européenne UE et le Gabon ont signé, à Libreville, un protocole d'accord sur une enveloppe de 12 milliards F CFA pour l'aménagement des bassins versants à Libreville. Selon le protocole d'accord, l'UE octroie 12 millions d'euros 7,871 milliards F CFA et le Gabon 7 millions d'euros 4,592 milliards F CFA.

Le 26 novembre 2013, Raymond Ndong Sima, répondant à une interpellation du Senat déclarait : "Pour régler définitivement la question des inondations dans notre capitale, le Gouvernement a mis en place depuis 2003 le programme d’Assainissement Prioritaire de Libreville (APRIL) afin d’aménager huit (8) des vingt deux (22) bassins versants de la ville. Dans ce sens, un premier programme concernant quatre bassins versants a été adossé à un financement de 20 millions d’euros (13 140 000 000) de FCFA, conformément à la loi n°022/2007 qui a autorisé cet emprunt auprès de l’Agence Française de Développement (AFD). Cet emprunt a servi à la réalisation des travaux sur un linéaire de 19 kms de canaux et des travaux divers répartis comme suit :

  • Batavéa : réhabilitation de 3,5 kms et construction de 4 kms de canaux en béton armé et la réalisation 7,2 kms de piste latérite ;
  • Sainte Anne Arombo : aménagement des berges sur 1,7km et construction de 1,7 km de canaux bétonnés et la réalisation 3,5 kms de piste latéritée ;
  • Sainte Marie Awondo : aménagement des berges sur 1,2 km et construction de 1,4 km de canaux bétonnés et la réalisation de 2,6 kms de piste latéritée ;
  • Zone Industrielle d’Oloumi : aménagement des berges sur 2,6 kms et construction de 2,4 kms de canaux et drains secondaires, curage et réhabilitation de 3,5 kms, réhabilitation de 4,3 kms de voirie et la construction du pont Boulingui.

La deuxième phase du programme concerne quatre autres bassins versants dont :

  • Nzeng-Ayong (23kms de canaux bétonnés à construire),
  • Gué-Gué (11 kms de canaux bétonnés à construire),
  • Lowé-IAI (7,5 kms de canaux bétonnés à construire) et
  • Terre Nouvelle (7,1kms de canaux bétonnés à construire), soit un total de 48,6kms.

Dans ce sens, l’Union Européenne a décidé d’accompagner notre pays à hauteur de 12 milliards de F CFA sous forme de don pour servir à l’aménagement des 23 kms du bassin versant de Nzeng-Ayong."

Le 23 mai 2014, Laurent Fabius, Ministre français des Affaires étrangères et du Développement International a procédé à la signature de deux conventions de financement AFD (110 et 55 millions €), avec le Ministre gabonais de l’Economie et des Finances. Le premier projet concerne l’aménagement du bassin versant de Gué Gué ; d’un montant de 72 milliards de F CFA (soit 110 millions d’euros), cette convention constitue le concours le plus important mis en place par l’AFD au Gabon. La seconde convention, d’un montant de 36 milliards F CFA soit 55 millions d’euros, concerne la réhabilitation de la route nationale 2 entre Ndjolé et Médoumane. Ce tronçon de 46 kilomètres est situé dans le prolongement de la route Médoumane-Lalara, dont la réhabilitation sur financement de l’AFD a été achevée en juin 2006.

Aujourd'hui, on parle encore d'un financement émanant de la Banque Islamique de Développement dont les fonds seraient disponibles pour l'aménagement des mêmes bassins versants. Qu'a-t-on fait avec les précédents financements ?

Commenter cet article