Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

Salafolie pour brouiller l'enquête sur la tentative d'assassinat du Pr Ondo Ossa

Le 8 juin 2014, le Pr Albert Ondo Ossa est victime d'une tentative d'assassinat au quartier Haut de gué-gué, devant les locaux de la représentation diplomatique de la Turquie, dans le premier arrondissement de Libreville. Quatre semaines après, les gabonais n'ont toujours aucune information sur l'enquête ouverte le même jour par le procureur de la république, afin de retrouver les auteurs de cet acte.

En voyant le ministre de l'intérieur et le gouvernement monter au créneau pour dénoncer cette agression et rappeler aux populations qu'une enquête était ouverte, les gabonais ont cru que ces communications allaient continuer et si possible, qu'ils seraient sollicités pour aider les enquêteurs à mettre la main sur les agresseur du Professeur Albert Ondo Ossa. Or, depuis l'ouverture de cette enquête et après toutes les gesticulations enregistrées, plusieurs constatent un silence semblable à celui qui a prévalu dans toutes les affaires de même nature, restées sans suite pour l'éternité. Pourtant, un journal très renseigné et très proche de la présidence de la république (La griffe) a indiqué des pistes aux enquêteurs qui en plus ont à leur disposition, la vidéo de la scène,enregistrée par les caméras de surveillance de la représentation diplomatique de la Turquie.

En effet, selon une source judiciaire, les démarches visant à rentrer en possession de l'enregistrement vidéo, initiées par le procureur de la République, sous-couvert du ministère gabonais des affaires étrangères, conformément aux procédures et usages diplomatiques, lui auraient permis de l'obtenir et de la confier à la police judiciaire pour analyse. Les agresseurs ayant agi à visage découvert la police ne devrait avoir aucune difficulté à les identifier.

En plus, selon La griffe, Messiers Jean Eyeghe Ndong et Zacharie Myboto seraient au fait de ce qui est arrivé au Pr Albert Ondo Ossa et les très renseignés journalistes de ce canard détiendraient des preuves matérielles démontrant qu'un "escadron de la mort" aurait été formé par le directoire de l'Union Nationale, avec pour objectif, l'assassinat des personnalités politiques de l'opposition dont le Pr Ondo Ossa, en vue de créer un climat de rébellion dans le pays et que c'est Jean Eyeghe Ndong, Vice-Président de cette formation politique, qui aurait fait cette confidence à sa nièce Anne Marie Dworaczek-Bendome qui à son tour aurait vendu la mèche au grand journal d'investigation "La griffe de cotonou". Il est donc surprenant que fort d'autant d'informations, la police judiciaire n'ait toujours pas mis la main sur les membres de cet escadron de la mort, alors que Messieurs Zacharie Myboto et Jean Eyeghe Ndong ne sont couvert par aucune immunité ! Ces informations seraient-elles prisent à la légère par les enquêteurs, l'assimilant à la tentative de coup d'état imaginaire, rendu public par le même journal il n'y a pas si longtemps ?

A propos de pistes, à qui appartient le véhicule Toyota Corolla de couleur grise qui a servi aux agresseurs ? Selon des sources proche du gouvernorat de la province de l'Estuaire, les enquêteurs seraient en possession de l'identité du propriétaire de ce véhicule. Le procureure de la République a-t-il ordonné l'audition de ce dernier ? Si non, pourquoi ce monsieur qui pourrait certainement être un membre de" l'escadron de la mort" formé par l'Union Nationale vaque-t-il librement à ses occupations, alors que son véhicule a servi dans une activité criminelle ?

Commenter cet article