Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

Affaire Mboulou Beka : Pourquoi le pouvoir s'agite-t-il ?

Alors que le Front Uni de l'Opposition pour l'Alternance, accusé par le pouvoir d'avoir planifié l'assassinat du jeune compatriote Bruno Mboulou Beka, réclame une enquête internationale indépendante pour faire la lumière sur les circonstance du décès de ce compatriote, l'accusateur fait dans la diversion en ignorant cette demande et en diffusant des fausses informations, visant à créer la confusion.

Selon le gouvernement qui s'est adjoint les services d'un pseudo porte parole de la famille de la victime, une enquête serait ouverte et une plainte contre X aurait été déposée au tribunal de première instance de Libreville par la famille. Un véritable mensonge cousu de fil blanc qui démontre que monsieur Célestin Ndong Ngoua est tombé dans cette affaire, comme un cheveu dans la soupe. Et pour cause. Ignorant que la famille a sollicité les services du cabinet Me Paulette Oyane Ondo, ce porte parole circonstanciel a menti, en voulant faire croire à l'opinion, qu'elle aurait déposé une plainte au tribunal, alors que cette démarche relève des compétences de leur avocat qui, au moment de son show devant les caméras n'avait encore déposé aucune plainte.

Mr Célestin Ndong Ngoua affirme qu'une enquête est ouverte. Or, à notre connaissance, aucune commission d'enquête internationale indépendante comme exigé par le Front et approuvé par le pouvoir à travers le porte parole de Bongo Ondimba 2ème, n'a foulé le sol gabonais jusqu'ici. Si enquête il y a, pourquoi les personnes qui tentaient d'apporter assistance à la victime, en la conduisant vers un centre de soins ont été transférées ce même 20 décembre 2014, à la prison centrale, immédiatement après leur audition médiatisée, par Mme Sidonie Flore Ouwé, procureur de la République, près le tribunal de première instance de Libreville et pourquoi certains témoins connus n'ont-ils pas encore été entendus ? Les coupables ne seraient-ils pas tout trouvés ?

Mr Ona Ondo, devant les caméras a déclaré : "Nous sommes venus, parce que nous voulons que la vérité éclate. Nous n'avons pas envie de noyer la vérité." (Kiakiakiakia !) Voici un bonhomme qui veut faire croire aux gabonais, qu'il serait prêt à se faire harakiri, quand on sait que c'est sur réquisition du premier ministre, que les forces de défense et sécurité ont été lâchés tels des chiens enragés, sur une population aux mains nues. Pour rappelle, l'article 28 de la Constitution dispose que : "Le Gouvernement conduit la politique de la Nation, sous l'autorité du Président de la République et en concertation avec lui. Il dispose, à cet effet, de l’administration et des forces de Défense et de Sécurité"

Si tant est que Mr Ona Ondo ne ment pas, et que son gouvernement ne veut pas noyer la vérité, alors qu'il réponde aux questions suivantes.

  1. Pourquoi après avoir intercepté le taxi avec lequel certains compatriotes conduisaient Bruno Mboulou Beka à l'hôpital, le procureur de la République et les gendarmes ont préféré l'amener au camp gros-bouquet plutôt que dans un centre hospitalier où un médecin aurait constaté son décès clinique et délivré un certificat de décès ?
  2. Pourquoi le procureur de la République qui est sous tutelle du ministre de la justice a-t-elle déclaré publique qu'il s'agissait d'un corps volé dans une maison de pompes funèbres ?
  3. pourquoi Liliane Flore Pemba, médecin légiste, en contredisant le procureur qui parlait d'un corps vole dans une morgue, a-t-elle conclu que le décès aurait été causé par des blessures au niveau du cou, dont une aurait sectionné la carotide de la victime, provocant une importante hémorragie ayant entraîné sa mort en taisant le gros trou qui se trouvait sur le front du compatriote ?
  4. Pourquoi le médecin légiste a-t-elle autopsié le corps dans un camp de gendarmerie sans la présence des parents de la victime et dressé un faux rapport verbal devant les caméras de la RTPDG ?
  5. Pourquoi le ministre de l'intérieur a-t-il déclaré que l'assassinat du jeune compatriote Mboulou Beka se serait produit "hors du théâtre des événements de Rio", alors que les faits se sont déroulés à un jet de pierre de la sortie de l'échangeur du PK 5 où, comme le démontre la vidéo publiée par le pouvoir les forces du désordre étaient bien aux prises avec des manifestants, avant que leur véhicule ne remonte la bretelle où le compatriote a été assassiné ?
  6. pourquoi, alors qu'une enquête ouverte au début d'une déclaration et refermée à la fin de celle-ci n'a rend aucune conclusion, le pouvoir a-t-il tenté de convaincre l'opinion, à travers des vidéos diffusées sur des chaînes publiques et privées, de ce que cet assassinat aurait été orchestré par le Front Uni de l'Opposition, dans l'unique but de lui imputer ce crime ?

Tout ceci peut-il laisser croire à une volonté réelle de faire éclater la vérité, quand sait qu'aucune vérité n'a éclaté au sujet de plusieurs assassinats au Gabon ? Sinon, qu'on nous dise qui a tué Germain Mba, Ndouna Depeneaud, Rendjembé, Ayatsou, Martine Oulabou, les martyrs de Port-genti en 2009, Elizabeth Nwanda au quartier Cocotiers en 2012 etc. et quels ont été les conclusions des enquêtes ? Non messieurs, rien ne sera plus comme avant, quand les menaces et les intimidations réduisaient les gabonais au silence. La Lumiere doit être faite sur les circonstances et les cause du décès de Bruno Mboulou Beka, mort dans la lutte pour nos droits, la liberté et la démocratie au Gabon. La vérité doit se manifeste et la justice rendue.

Commenter cet article