Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

#gabon: Daniel Ona Ondo a-t-il vraiment quelque chose de solide pendant entre les jambes ?

L'article 6 alinéa 1 du Décret N° 380/PR du 25 février 2012, fixant les attributions du Premier Ministre dispose que : « le Premier ministre est responsable du bon fonctionnement des services publics. Il dispose à cet effet de l’administration sous l’autorité du Président de la République qui en demeure le Chef Suprême ». Or, contre toute attente, c'est Alain Claude Billié-By-Nze le porte-parole et adjoint de Bongo Ondimba II qui, le du 24 mars 2015 lors de sa traditionnelle conférence de presse, annonce au nom de son patron, la mise sous bon de caisse de tous agents du service public qu'est le ministère de l'éducation nationale dès le 25 de ce mois. Ce, en lieu et place du porte-parole du gouvernement à qui il discute la vedette. Nul ne doute que Daniel Ona Ondo le premier ministre échantillon du trio présidentiel gabonais et son porte-parole aient tous deux été surpris par cette sortie.

Probablement pris de cours et se sentant sûrement doublé, Daniel Ona Ondo, le déshabillé de l'Université Omar Bongo qui continue de se laisser déshabiller, se sent comme par contrainte, obliger de se prêter au jeu médiatique que lui impose son rival de toujours. Aussi, le lendemain 25 mars, date à laquelle les agents publics perçoivent d'ordinaire leur pitance, l'homme invite la presse de toute urgence afin de réciter à son tour, une communication qui reprend presque mot pour mot, la celle de Billé-Le-Kid. Quant à Bongo Ondimba II qui prend les gabonais pour des bambins, lui, préféré se cacher derrière son petit doigt, en publiant sur sa page facebook, une motion de soutien à son premier ministre de façade. Or, du simple fait que son adjoint et porte-parole ait annoncé cette mesure en premier, tous ces gabonais qu'ils prend pour des imbéciles avaient déjà bien compris l'origine de la décision.

Vu l'ordre chronologique des communications et la nature des intervenants, tout porte à croire que Mme le porte-parole du gouvernement, ayant des couilles plus fermes que celles de son chef de gouvernement, a simplement refusé de se ridiculiser en se comportant comme la subalterne d'un porte-parole, fut-il de la présidence ou d'un président de la République, obligeant ainsi Ona Ondo lui-même à se jeter dans la mare boueuse de l'humiliation où tel un porc, il se plaire à patauger au mépris de sa dignité.

Un homme, un vrai, aurait simplement déposé son tablier pour mettre fin, une bonne fois pour toute, à ces multiples déshabillages. Mais..., comme l'a dit quelqu"un, « Tu vois Daniel, ici bas, aujourd'hui avec la médecine moderne on greffe tout. Le cœur, le foie, les reins, etc. Tout ! Sauf les couilles. Sais-tu pourquoi ? Eh bien parce que les couilles, il n'y a pas de donneurs »

Commenter cet article