Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

#gabon: Les biliebizerie d'Alino-clodio : Amalgame pour amalgame, de quoi je me mêle  ?

On aura vraiment tout vu et entendu sous le ciel de l'émergence virtuelle du Bongo Ondimba II. Chaque sortie de son humoriste apporte toujours quelque chose qui suscite les mêmes interrogations. Tout porte à croire que le porte parole de la présidence s'est donné la mission d'énerver la majorité des gabonais et de les amener à détester son patron de plus en plus, chaque jour que Dieu fait.

Tenez. Les syndicats de la dynamique unitaire sont en colère, et monsieur trouve le moyen d'aggraver leur colère en les menaçant de coupure de salaires. L'homme qui parle pour tout le monde, (président, gouvernement, justice, parlement, agences), est même devenu le porte parole de la famille Bongo Ondimba, au point de faire l'amalgame dans son rôle de porte parole du chef de l'exécutif et la vie familiale de ce dernier. Il a d'ailleurs raison ! Si son patron ne sait pas garder ses affaires de famille pour lui et les partage avec les membres de son cabinet, pourquoi Billie By Ze se gênerait-il de fourrer son nez dans ces affaires qui n'ont aucun rapport avec sa fonction, lui qui ferait volontiers la vaisselle dans la cuisine d'Ali'9 ?

Si comme il l'a affirmé dans son dans le quotidien l'Union, le partage de l’héritage des Bongo Ondimba est «un élément qui relève de la sphère familiale et qui de ce fait, n’aurait jamais dû arriver sur le champ politique», le premier à ne pas y foutre sa bouche aurait été lui, n'étant pas membre de cette famille. Au fait, de quoi est composé l'ensemble des biens que comptent se partager les Bongo Ondimba et comment ont-ils été acquis ? S'est-il posé ces questions avant de mettre sa bouche dans un affaire qui n'a aucun rapport avec ses fonctions ? Et le voilà en train de semer le trouble au sein d'une famille, en venant porter des accusations gratuites sur certains enfants d'Omar, dont la principale accusée n'a pas pris part à la messe noire de l'hôtel "l'étoile d'or" de la sablière, ni reçu copie.

Croyant sortir son nouveau dieu de la merde, il n'a contribué qu'à l'y enfoncer comme il sait le faire depuis qu'il est à ces côtés, se camouflant malicieusement derrière l'opposition qu'il prétend utiliser cette affaire comme levier d’instrumentalisation des syndicats que son patron et lui ont fait hisser le poil par leur langage de sots qui croient que la force est le meilleur moyen de gérer les Hommes.

Un adulte équilibré à la place d'Ali aurait déjà compris son mauvais jeu et l'aurait viré depuis longtemps. Heureusement pour lui, ce petit enfant-là est resté un petit enfant !

Commenter cet article