Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

#Gabon : Quand le Général Tonnerre montre la lune, les idiots regardent son doigt

Selon des sources proches du Général Ngari, ce dernier n'aurait pas fait sa mise au point de son propre gré, mais y aurait été contraint ; simplement parce que son intervention honnête et courageuse à l'Assemblée Nationale, aurait été jugée suspecte et indigne d'un éminent membre du PDG par dessus tout, parent à Ali'9. Le haut-lieu et les conseillers du milieu, soupçonneraient le Général Député de Ngouoni qui selon eux devrait être lourdement soumis à ce dernier, d'avoir un agenda caché. Il semblerait que la déclaration du Prophète Steeve DOUKAGA, qui a prédit un éventuel coup d'état orchestré par d'ancien généraux, menés par ceux du Haut-Ogooué, ne soit pas tombée dans les oreilles d'un sourd. Pour eux, un tel discours de la part d'un général pédégiste et altogovéen, serait un signe de sa désertion planifiée du parti au pouvoir depuis près d'un demi siècle, à défaut de l'accomplissement de la prophétie.

Qu'a donc dit le 2ème Vice Président de l'Assemblée Nationale gabonais dans son intervention ? Chers lecteurs, en voici pour vous, la transcription :

« Alors, pourquoi le budget de fonctionnement ne tourne pas ? Y a plus d'argent ? Mais dites-le nous ! Dites-le nous ! Donc, Gabon services pour tourner, mais il faut un budget ! Parce que on écoute partout, même dans services de sécurité et de défense y a rien. Y a rien, Y a rien ! Là encore, personne ne peut me tromper, parce que je sais. Alors, à partir de là, le Gabon services c'est quoi si y a pas ça ? Donc, il faut qu'on parle vrai ; pour les gens comprennent les choses.

Gabon industriel : Mais les gabonais vaudraient savoir le nombre d'industries, depuis six (6) ans, que vous avez mis à leur disposition ! Rien. Voilà ! Voilà le problème, c'est ça qu'il faut dire aux gens ! Pour que nous soyons crédibles. Y avaient deux barrages. F2 et l'Impératrice... C'est où ? Voila ! Ils ont besoin de l'énergie ! Moi je suis allé dans la Woleu-Ntem, avec le bureau de l'assemblée ; on a mis les poteaux, les lignes, alors que les travaux des barrages n'ont même pas démarré ! Alors, faut leur dire pourquoi c'est pas démarré ! Donc, en matière d'industries, ils voudront savoir !

Euuuuh, Gabon vert : Y a maintenant graine... Bon ! On va regarder... Si ça marche ! Moi je crois que le tout n'est pas de faire les discours tous les jours. On parle trop politique dans le pays ; mais on réalise pas ce que la politique veut ! Alors, à partir de là, c'est pas normal ! C'est pas normal. Je veux qu'on vienne nous faire les cours euuuh de la finance ici, et quand mon ami a parlé, le professeur agrégé, ben moi je dis que, faut faire les choses de façon pragmatique. L'année, y a trois mille (3 000) milliards au budget. Lorsqu'on arrive à la fin de l'année on dit, on a construit un milliard, mille milliards, il nous reste deux mille milliards, ou bien on a rien... fait de cet argent. C'est plus facile que nous amener dans leee macro, euuuh croissance, euuh machin ; mais ça ne nous intéresse pas ça ! Ça n'intéresse pas les gabonais !!! »

Ce discours qui ne diffère en rien de celui tenu par la majorité des gabonais fatigués d'une émergence qui n'est vue et vécue, que par les émergents qui avancent, aurait mis en courroux le bord de mer qui aurait demandé que le Député soit entendu, sur ce qui aurait motivé de telles critiques de sa part, à l'endroit de son maître Bongo Ondimba II, et son Plan stratégique Gabon Emergent. Il est clair que, si les propos du Général n'avaient pas été mal acceptés par Bongo Ondimba II qui s'est senti morveux, le Général Député qui était dans son rôle de représentant du peuple, parlant au nom du peuple et dans la maison du peuple n'aurait pas été sommé de s'expliquer.

Seulement, le Député de Ngouoni est tout sauf un idiot. Dans sa mise au point, l'homme ne retire absolument rien de ce qu'il a dit à l'hémicycle. Mais, parce que « l'homme prudent voit le mal de loin et se cache », en se prêtant au jeu qui lui est imposé, il choisi de se cacher derrière le Premier Ministre. Or, lui Firmin Idriss Ngari, sait très bien par sa longue expérience aux affaires, qu'aucun Premier Ministre au Gabon n'a les coudées franches et ne peut librement user d'aucun des pouvoirs que lui confère la Constitution. Il sait qu'aucun des ministres qui composent le gouvernement, n'émane d'une proposition du Premier Ministre. En tant que député, il sait très bien que le budget d'investissement est entièrement exécuté par la super Agence Nationale des Grands Travaux (ANGT) dont le Président du Conseil d'Administration est Bongo Ondimba II, et de ce fait, échappe au contrôle du parlement. Il sait aussi que certains ministres n'ont de comptes à rendre qu'à son bébé hollandais. Pour avoir été son collègue à l'Assemblée, le Général sait que Daniel Ona Ondo n'est pas Premier Ministre depuis six (6) ans, mais seulement depuis le 24 janvier 2014, soit un an et quatre mois. Par conséquent, son message s'adressait bien à l'auteur du programme qu'il a fustigé et non à sa marionnette qui n'a même pas pu répondre aux préoccupation du Député. Si le Général qui est loin d'être un idiot, s'est soumis au jeu voulu par son bébé hollandais et ses copains, c'est parce qu'il savait que les gabonais ont bien compris son propos et comprendront le jeu qui lui est imposé.

Malheureusement pour Bongo Ondimba II et ses copains, cette sortie imposée du Député Firmin Idriss Ngari n'aura eu pour seul mérite, que celui de confirmer à l'opinion nationale et internationale que :

  • Le Gabon est dirigé par un pouvoir autoritariste et despote, opposé aux principes démocratiques, même les plus élémentaires ;
  • Au Gabon la séparation des pouvoirs n'est qu'une vue de l'esprit, elle n'existe pas du tout ;
  • Contrairement aux dispositions de l'article 39 de la Constitution, tout mandat parlementaire est impératif pour tout pédégistes ;
  • Au PDG, plus personne n'a confiance à personne et tout le monde se méfie de tout le monde. Donc un vrai panier à crabes où on se pince les uns les autres.

C'est ici que le proverbe chinois de l'idiot qui regarde le doigt quand le sage montre la lune prend tout son sens. Respect au Général Tonnerre.

Commenter cet article