Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

#Gabon : Réaction au dernier communiqué du ministre gabonais de la défense, Ernest Mpouho Epigat

Les feux de l'actualité étant braqués sur les obsèques d'André Mba Obame, nous n'avons pas pu réagir plus tôt, au dernier communiqué du ministre de la défense, visant à dégager la responsabilité de son ministère dans les interprétations qui ont cours, au sujet de la cargaison d'armes de guerre exposée au public le 21 avril 2015 sur une plage du cap Estérias. Ce que nous faisons dans cet article.

En effet, ce communiqué signé d'Ernest Mpouho Epiga, cite pêle-mêle plusieurs médias dont, Gabon Télévision qui est revenu sur ce sujet au cours de son émission « débat de presse » diffusé le samedi 25 avril ; le journal NKU'U le Messager qui dans son n°399 du lundi 27 avril en fait sa une sous le titre « des armes tombées du ciel » ; le journal Echos du nord dont la livraison n° 282 du lundi 27 avril 2015 traite cette actualité en y consacrant un article (P4) et un éditorial (P5) et l'hebdomadaire la loupe n°224 du mardi 28 avril qui y revient dans un encadré titré « scénario grotesque et déclarations contradictoires ». Selon le ministre de la défense, les analyses faites par dans ces médias seraient d'une légèreté à son sens blâmables. Pour lui, « les médias suscités véhiculent l'idée selon laquelle, le Chef d'Etat Major de la Marine Nationale aurait déclaré que les armes ont été découvertes à bord d'un chalutier battant pavillon équato-guinéen avec un équipage chinois. C'est sur la base de cette supposée déclaration que le journal Echos du nord titre son article « le pouvoir pointe un doigt accusateur sur la Guinée Equatoriale ».

Le même communiqué précise que : « C'est dans le cadre de ses missions régaliennes de surveillance de nos côtes que la Marine Nationale vient d'arraisonner en l'espace d'un mois, des chalutiers pêchant illégalement dans nos eaux. La première fois, en collaboration avec l'Agence Nationale des Parcs Nationaux, dans la nuit du 27 au 28 mars 2015. La deuxième fois dans la nuit du 20 au 21 avril 2015. Ces arraisonnements ont toujours fait l'objet d'une diffusion au cours des journaux télévisés de Gabon Télévision. Le fait que ces bateaux battent pavillon équato-guinée ne veut nullement dire qu'ils sont propriété du gouvernement de la Guinée Equatoriale. Aucune piste, ni sur l'origine ni sur les bénéficiaires de ces armes, n'a jusqu'alors été évoquée par les autorités qui se sont exprimés sur ce sujet. Dans son intervention, le Chef d'Etat Major de la Marine Nationale s'est borné à décrire le cadre général qui a conduit à la découverte de la cache d'armes sur l'ile Nendje et non dans un chalutier. »

La première observation qu'inspire ce communiqué, c'est que le ministre de la défense à sciemment omis de citer les journaux proches du pouvoir, notamment « La Griffe », dont le directeur de publication est conseiller en communication de Bongo Ondimba II. Dans sa livraison N°646 du vendredi 24 avril, ce canard titrait à sa une « Découverte d'armes de guerre. Ping, suspect numéro UN ». C'est portant suite à cet article, L'attaché de presse de Mr le ministre ne lui aurait-il pas transmis une fiche sur cet article ? Sauf à mentir, le ministre a même bien lu cet article, et a préféré le passer sous silence.

#Gabon : Réaction au dernier communiqué du ministre gabonais de la défense, Ernest Mpouho Epigat

La deuxième observation est que, le ministre, dans un plaidoyer médiocre, tente d'embellir le propos du le chef d’état-major de la Marine nationale, le général Yves Keba Malekou, qui avait bien affirmé le 21 avril 2015, que : « les armes auraient été découvertes après l’arraisonnement de chalutiers étrangers, battant pavillon équato-guinéen avec des équipages chinois qui pêchaient en toute illégalité dans la zone nord de Libreville, la semaine dernière ». Ce qui signifie clairement que ces armes n'ont pas été retrouvées le jour de leur exposition au public sur une plage, mais bien au courant de la semaine d'avant le 21, donc celle du 13 au 20 avril 2015. A moins que pour Mr Ernest Mpouho Epigat, la nuit du 27 au 28 mars 2015 soit incluse dans la semaine qui précède la matinée du 21 avril 2015 !!!

La troisième observation, est que, si le fait que les bateaux arraisonnés battent pavillon équato-guinée ne veut nullement dire qu'ils sont propriété du gouvernement de la Guinée Equatoriale, il n'en demeure pas moins qu'ils sont immatriculés en République Equato-Guinéenne et portent sur leurs mâts, le drapeau de ce pays qui quoi qu'on dise, porte la responsabilité des actes posés par ces bateaux en mer. Et l'article publié par « La Griffe » n'aide malheureusement pas Ernest Mpouho Epigat à jouer à « Ponce Pilate ». Questions bêtes et idiotes mais utiles, à missié le ministre de la défense :

  • « Où sont passées les cinq cent quarante six (546) armes extirpées de l'armurerie de la Garde Républicaine en juillet 2014 » ???
  • « Une enquête avait-elle été ouverte » ???
  • « Si oui, quelles en sont les conclusions et pourquoi le ministre de la défense n'a-t-il jamais communiqué sur cette affaire » ???
  • « Si non, pourquoi une enquête n'a-t-elle pas été ouverte » ???

Comme quoi, beaucoup communiquer ne signifie pas bien communiquer. Autant faire comme pour les nombreux crimes rituels dont on ne retrouve jamais, ni les assassins, ni les commanditaires, ni bénéficiaires des organes prélevés, du fait que les urines reviennent toujours sous les pieds de celui qui pisse.

Commenter cet article