Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

#Gabon : La Vice-Présidente de l'UN, victime de harcèlement judiciaire, à nouveau convoquée par la police judiciaire

Entendue en décembre 2014 par la police judiciaire, au fallacieux motif dont la qualification reste à trouver dans le code pénal Gabonais, « Implication politique dans la fête tournante en Ogooué-Lolo », Mme Paulette Missambo, Vice-présidente de l'Union Nationale et membre du FOPA, a fini par se voir faussement attribuer la propriété de « Africa Forage », une société ayant obtenu le marché d'installation des équipements d’hydraulique villageoise lors de ces fêtes tournantes dans les provinces de l’Ogooué lolo et du Haut Ogooué en 2004 et qui n'aurait pas livré les travaux relatifs au dit marché. Alors que Mme Missambo croyait avoir démontré aux enquêteurs que son implication dans ce comité était normale, étant ministre à cette époque, et qu'elle n'a jamais été propriétaire de « Africa Forages », une nouvelle vocation vient de lui être adressée, ce mercredi 3 mai 2015. A quoi rime cet acharnement sur sa personne ? Quand on sait qu'elle a été désignée pour diriger le « Forum Citoyen » initié par l'Union Nationale qui se tiendra le 6 juin 2015 au Noé Palace, il y a comme un arrière goût de tentative de sabotage de ce forum. Il est plus que temps pour le pouvoir, d’arrêter d'être aussi ridicule en se servant de la justice pour intimider ceux lui sont opposés.

A moins de vouloir distraire les Gabonais, la « Commission Nationale pour le 17 août », chargée de gérer les fêtes tournantes a été créée par le décret n°00097/PR du 18 septembre 2001. Son organe décisionnel est le « comité directeur », placé sous l’autorité directe du Président de

la république, et l’article 5 dudit décret fixe sa composition quasiment politique, de par la nature de ses membres, à savoir : le Premier ministre, un ministre ressortissant des provinces devant abriter les festivités, les ministres en charge des secteurs de la Planification, de l’Intérieur, de la Défense nationale, des Finances, de l’Equipement, de la Santé publique, de l’Education nationale, du Tourisme, de l’Energie, des Transports, de la

Communication et de l’Urbanisme. Son organigramme place au dernier niveau, les Comités provinciaux, composés des Hommes politiques (ministres originaires de la province, un parlementaire et un élu local) et des chefs de services des administrations déconcentrées (Gouverneurs de provinces, chefs de services provinciaux et départementaux). Dans le cas de l' Ogooué-Lolo, c'est M. Guy Nzouba, Président de l'Assemblée Nationale, qui en fut le président, assisté des ministres de la province, dont Mme Paulette Missambo, du Trésorier Payeur Général de l'époque et des responsables administratifs de la province. Pourquoi de toutes ces personnalités membres du « Comité Provincial du 17 août » dans l'Ogooué-Lolo, seule Mme Paulette Missambo est harcelée, alors qu'elle n'était que Vice-présidente, si ce n'est pour des raisons purement politiques ?

Pourtant, ceux qui s'acharnent sur la Vice-Présidente de l'Union Nationale, savent très bien que le gouvernement avait pris un décret complétant le décret n°00097/PR du 18 septembre 2001 portant création et organisation de la Commission Nationale pour les festivités marquant l’accession du Gabon à l’indépendance, introduisant une procédure dérogatoire de passation des marchés, dérogeant au code des marchés publics, ainsi qu'une procédure accélérée de paiement dispose en ses articles 7 et 8 que :

  • Article 7 : « Les dossiers de travaux transmis par le Secrétaire permanent à l’Administrateur pour règlement, doivent comporter obligatoirement les visas techniques de régularité des experts du Ministère de l’Equipement et de la Construction. Les conventions et marchés y relatifs seront signés exclusivement par le Ministre en charge des Finances et le Ministre de l’Equipement et de la Construction. »
  • Article 8 : « Les opérations financées à partir du Fonds pour le 17 août sont décidées par le Comité Directeur (placé sous l’autorité directe du Président de la république)... Elles peuvent, lorsque l’urgence ou des circonstances particulières l’exigent, déroger à certaines dispositions du Code des marchés publics ou de la réglementation financière en général. L’appréciation de l’urgence et/ou des circonstances particulières incombant à l’ordonnateur qui, en pareil cas, doit joindre à l’appui de chaque dossier une lettre motivée valant réquisition de paiement » ; et que l’article 9 du même décret précise que l’ordonnateur ci-haut cité est le Ministre de l’Equipement et de la Construction.

A la lumière de ces dispositions du décret n°00097/PR du 18 septembre 2001 et du rapport d'audit sur Delta Synergie, comment donc, Mme Paulette Missambo aurait-elle pu commettre un délit d'initié, en attribuant un marché à une société lui appartenant, parvenant jusqu'à la faire payer par le trésor public ou une banque ?

#Gabon : La Vice-Présidente de l'UN, victime de harcèlement judiciaire, à nouveau convoquée par la police judiciaire

Cet extrait du rapport d'audit juridique des participations détenues par la Société Delta Synergie, réalisé par Maître Alain FENEON et François NOUVION, Avocats Cau Barreau de Paris est tellement édifiant, qu'il dévoile ce que le pouvoir tente de cacher aux Gabonais, au sujet de cette éphémère société « Africa Forages ». Ce document indique à la page 193, que le Président Directeur Général de « Africa Forages », une société non immatriculée au régistre de commerce, ce trouve être le Ministre de l’Equipement et de la Construction de l'époque, qui selon l'article 7 du décret n°00097/PR du 18 septembre 2001 qui comme par hasard, est le signataires exclusif des conventions et marchés relatifs aux fêtes tournantes et Ordonnateur des dépenses s'y rapportant. Que selon leurs informations, l'Administrateur de ladite Société serait Monsieur Norbert OKOUMA, Conseiller personnel du Président de la République en ce temps-là, et frère cadet de Paul Toungui, ministre de l'Economie, des Finances, du Budget et de la Privatisation de la même époque. Avec pour contact officiel, Monsieur TCHISSAMBOU Taty.

#Gabon : La Vice-Présidente de l'UN, victime de harcèlement judiciaire, à nouveau convoquée par la police judiciaire

En quoi la Vice-présidente de l'Union Nationale est elle concernée par cette mafia ayant à sa tête, la pieuvre économique des Bongo, Delta Synergie avec la complicité de personnes encore vivantes ? Il faut être idiot pour ne pas comprendre l'intention de saboter le Forum Citoyen auquel l'Union Nationale invite tous les citoyens Gabonais désireux de s'exprimer librement sur l'alternance et les mécanisme pour y parvenir, sans distinction d'opinions politiques, qui se cache derrière cette convocation du vendredi, dont le but est de faire passer le week-end à Paulette Missambo dans une cellule de la police judiciaire !!!

Arrêtez de prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards boiteux et de les emmerder, bon sang !

Commenter cet article