Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

En réaction au vote par le Parlement Européen, d’une résolution remettant en cause la légitimité du chef de la junte au pouvoir, le groupe parlementaire du Parti démocratique gabonais par la voix de son vice-président, Luc Oyoubi, estime que leurs collègues européens ont été induit en erreur par la Mission d’Observation des Elections de l’UE (MOE) qui selon eux, n’aurait rien compris de la loi électorale du Gabon. Ils auraient relevé des incohérences dans ladite résolution.

Comme argument pour le prouver, les représentants du PGD à l’Assemblée Nationale exhibent l’article 108 de la loi N°7/96 du 12 mars 1996 portant dispositions communes à toutes les élections politiques, qui dispose que : « Les … bulletins contenus dans l’enveloppe portant la mention vote et ceux contenus dans l’enveloppe portant la mention poubelle sont incinérés publiquement… »,

Par conséquent, estiment-ils,  « Il y a donc lieu de faire constater que cette tâche d’incinération des bulletins de vote est exécutée, le jour même du vote, par l’ensemble des membres des bureaux de vote comprenant des représentants de l’opposition et de la majorité, y compris les représentants des candidats. En conséquence, la Cour constitutionnelle ne pouvait donc pas procéder au recomptage des bulletins, puisque ceux-ci avaient déjà été incinérés, le jour même du vote, en application de la loi électorale. »

A leurs yeux, « cette incohérence des griefs des Parlementaires européens par rapport à la loi électorale gabonaise, dénote (rait) d’une non prise en compte ou d’une méconnaissance du code électoral de la République Gabonaise de la part des parlementaire européens en mission d’observation. Cette posture est une faute de la part de la mission d’observation qui a délibérément violé les règles d’usage en la matière, entrainant avec elle, nos (leurs) homologues européens ».

En conclusion,  ils déclarent  ceci : « Nous condamnons cette attitude partisane qui concourt à déstabiliser les institutions de la République gabonaise, qui ont librement choisi de faire appel à ces mêmes observateurs de l’Union européennes », fustigent les députés du PDG. Pour nous les parlementaires gabonais, contrairement à nos collègues européens, l’élection du président de la République est acquise ».

Cette sortie des représentants du PDG et non du peuple à l’Assemblée Nationale n’est qu’une manœuvre sans consistance et complètement hors sujet. Il est clair qu’ils s’agrippent à une branche pourrie. Ni l’opposition, ni la mission d’observation des élections de l’UE, n’ont eu à demander le recomptage des voix, bulletin de vote par bulletin de vote. Ils avaient plutôt réclamé ce recomptage, procès-verbal par procès-verbal, étant donné que la CENAP et les représentants des candidats de l’opposition détenaient chacun, des copies des procès-verbaux issus des bureaux de vote. Ce recomptage aurait permis la confrontation des procès-verbaux détenus par les uns et les autres, cette opération n’étant interdite par aucune disposition du code électoral gabonais. C’est d’ailleurs à cette fin, que le principe de remise des copies des procès-verbaux fut adopté lors des accords d’Arambo en 2006, et qu’il fut appliqué aux élections législatives de décembre de la même année.  L’allégation des députés du PDG n’est donc que diversion, fuite en avant et mensonge.

Sinon, puisqu'il était impossible pour la Cour Constitutionnelle de procéder au recomptage des bulletins de vote, ce qui du reste ne lui était pas demandé, les pédégeodéputés ne devraient-ils pas expliquer à leurs homologues eurodéputés, à quoi servent les exemplaires de PV remis aux représentants de chaque candidat si ce n'est à être confrontés afin de vérifier la conformité du nombre de voix obtenues par chacun en cas de contestation des résultats, et sur quelle base dame Marie-Madeleine Mborantsouo et sa Cour avaient-ils fait pour recompter les voix du scrutin d’août 2016 et prétendu par la suite avoir réajusté les résultats ?

En voici qui ont bien compris la recette de la Présidente du Senat et salissent proprement leur institution !!!  

Commenter cet article