Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marcel DJABIOH

GABON : S.E.  Eric D. Benjaminson, serait-il un menteur de haut vol ?

Lorsque certaines personnes, pour tenter de donner du crédit aux insultes de monsieur l'ambassadeur des Etats-Unis au Gabon, S.E. Eric D. Benjaminson à l'intelligence des gabonais avancent l'excuse de la difficulté de langage de ce dernier, ils font simplement semblant d'oublier que, "Interview" est avant tout à ce que l'on sache, un mot d'origine anglaise, et que de ce fait, personne mieux qu'un anglophone ne peut en l'utilisant, savoir exactement ce qu'il veut dire.

L’ambassade des Etat-Unis disposant d'un personnel qui n'est pas composé que de Mr l'ambassadeur qui semble laisser croire que l'information au sujet du voyage de Me Paulette Oyane Ondo n'était connue que de lui et de cette dernière, qu'il n'a du reste jamais rencontré pour en parler ; pourquoi ce qui est qualifié de fuite comme s'il se serait agit d'une mission secrète, est-elle attribué à Me Oyane Ondo par le diplomate ?

Si l'usage du mot "Interview" peut être pris pour un lapsus linguae, peut-on en toute objectivité, en dire de même de la précision que donne l'ambassadeur, sur la période et le lieu où la dame aurait accordé la fameuse l'interview ? Il affirme bien que : "trois ou quatre semaines avant son départ annoncé, (1er mars 2013), Paulette Oyane Ondo a donné une interview à La Lettre du Continent, à Paris".

Le mois de février compte 7X4 = 28 jours soit, exactement quatre semaines. Pour que le propos de l'ambassadeur ait l'air d'une vérité, il aurait fallu que cette interview se soit passée entre le 1er et le 07 février en considérant dans ce cas, les quatre semaines dont a parlé Son Excellence. A défaut, elle aurait eu lieu entre le 08 et le 15 février.

Or, entre le 1er et le 07 février, Me Paulette Oyane Ondo n'était nullement informée de sa sélection à ce programme dont elle ignorait du reste l'existence, encore moins le contenu. Il est donc impossible qu'elle ait parlé à la presse parisienne, de quelque chose qu'elle ignorait. Il est tout de même étonnant que pour une affaire aussi fraiche, M. Eric D. Benjaminson, ait oublié "tout à coup", la date à laquelle ou lui-même, ou la CIA, ou le FBI, avait vu Dame Oyane Ondo en compagnie d'un journaliste de "La Lettre du Continent à Paris, lui accordant une interview !!! L'on pourrait le lui concéder puisqu'il accuse, les services secrets de son propre état, à qu'il aurait donné mission de surveiller la nominée. Reste alors la période allant du 08 au 15 février 2013. pour sauver le honteux diplomate.

Me paulette Oyane Ondo, reçoit le lettre d'information adressée à elle par Mr Kevin Krapf, Conseiller Culturel de l'ambassadeur des Etats-Unis au Gabon, lui annonçant sa sélection au programme d'échange culturel entre les Etats-Unis et l'Afrique dénommé "Les femmes leaders politiques" le 08 févier 2013. Devant quitter Libreville pour Dakar où elle était invitée à prendre part à L’atelier sur la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance le 10 février, c'est à dire deux jours après réception de la lettre d'information, et ne sachant pas de quoi il s'agissait exactement, c'est le 09 février qu'elle s'est rendue à l'ambassade pour en savoir plus, et a été reçue par Mmes Jennifer Bah et Konaté qui lui en diront un peu plus sur le sujet, en attendant d'avoir le programme officiel du département d'état américain.

Le lendemain, Me Paulette Oyane Ondo est dans un avion à destination de Dakar où elle reçoit à la veille de son retour sur Libreville, exactement le 19 février 2013 à 16h 42 mn, un mail de Mme Konaté, l'informant du programme de son séjour au USA. La Lettre du Continent N°653 parait le 20 février 2013 date du retour de Mme Oyane Ondo à 23h.

A quel moment se serait-elle donc retrouvée trois semaines avant le 1er mars à Paris où selon l'ambassadeur de la plus grande puissance mondiale, elle aurait accordé une interview à "La Lettre du Continent" ?

Article de " La Lettre du Continent N°653 du 20 février 2013

Article de " La Lettre du Continent N°653 du 20 février 2013

Une lecture attentive de l'article dont se sert le diplomate pour diffamer et vilipender l'avocate, permet de se rendre compte qu'aucune ligne ne fait allusion à un avis qui aurait été recueilli auprès de l'intéressée. Cette information n'étant pas confidentielle à en juger par l'absence sur la lettre, de la mention souvent utilisée dans ces cas, qu'est ce qui aurait empêché à "La Lettre du Continent" de citer nommément Me Paulette Oyane Ondo, comme étant la source de l'information publiée par elle ?

Le comble du ridicule et est atteint par " Missié l'ambassadère" quand il descend bien plus bas que terre, en affirmant sans pouvoir le prouver que, "le problème le plus grave est qu’elle a dit que la décision du gouvernement américain de l’envoyer aux USA était prise dans le cadre d’une contre-attaque de Washington contre le gouvernement du président Ali Bongo, Si je voulais critiquer le gouvernement gabonais, je le ferai plusieurs fois. Je n’ai pas besoin d’un message écrit du livre de Mme Oyane". Comme s'il pouvait vraiment avoir le courage de le faire. C'est certainement Me Oyane Ondo qui aurait besoin d'un message écrit du livre de "Missié" Eric pour critiquer le gouvernement d'Ali Bongo !!! N'est-ce pas "Missié" Benjaminson ? Et d'accuser l'avocat d'avoir probablement dans une seconde interview, déclaré que le cher "Missié l'ambassadère" aurait reçu des pressions de la présidence et publiée dans l'alerte de la rédaction de "La Lettre du 06 mars 2013 à 16h 30 que voici.

Pour sa crédibilité et celle de sont état, que Mr l'ambassadeur produise à la presse, les preuves irréfutables de ses propos, pour publication s'ils ne sont pas mensongers !

GABON : S.E.  Eric D. Benjaminson, serait-il un menteur de haut vol ?

Commenter cet article